mercredi 31 août 2016

RENNES (6)

Toujours à Rennes, passage devant l'église Notre- Dame-en-Saint-Mélaine
Cette église est reconnaissable à sa très belle façade où la statue du fondateur de l'abbaye regarde celle de saint Benoît. 



Non loin, au coeur de Rennes, le Thabor est un magnifique jardin paysager de 10ha.
 Il trouve son origine au 17ème siècle : c'est alors un jardin contigu à l'Abbaye Saint-Mélaine.
 A la fin du 18ème siècle, il devint une promenade publique réservée aux hommes. 

 Le Thabor abrite un jardin botanique , des arbres remarquables, une roseraie, une volière, un kiosque à musique......

Son nom fait référence à une montagne dominant le lac de Tibériade en Israël, le mont Thabor.



lundi 29 août 2016

RENNES (5)

Nous continuons à déambuler dans la vieille ville de Rennes
Les rues telles que la rue de la Psalette sont bordées de maisons à pan-de-bois construites du XVème au XVIIIème siècle.



Une autre rue, la rue StGeorges, qui a aussi son lot de façades typiques mais où l'on peut voir de nombreux restaurants.
La rue Saint-Georges est une des rues contenant le plus de bâti protégé au titre des Monuments Historiques dans Rennes.

Au bout de la rue on arrrive à la piscine St Georges
Aménagée en 1925 d’après les plans de l’architecte de la Ville, Emmanuel Le Ray, cette exceptionnelle piscine Art déco présente de remarquables mosaïques signées Odorico.





vendredi 26 août 2016

ABBAYE DU THORONET (2)

Cachée au cœur des forêts de Provence, l’abbaye du Thoronet offre une vision saisissante de la vie dans un monastère cistercien au Moyen Âge.
 Elle a conservé, à l’intérieur de son enceinte, des porteries monumentales, vestiges de l’hôtellerie, des cours et des jardins clos de murets.



 Au centre de cette « cité », l’église et le cloître constituent de véritables chefs d’œuvre de l’architecture romane. 
 Le Corbusier dira d'elle suite à la visite l’abbaye en 1953 : "chaque élément de la bâtisse est ici une valeur créatrice d’architecture… L’ensemble comme le détail sont un. La pierre y est amie d’homme..."

Grâce à son acoustique exceptionnelle, chaque été s'y déroule le festival de musique médiévale "Les Rencontres de musique médiévale" qui contribue grandement à sa mise en valeur et à la promotion de l'abbaye. 





mercredi 24 août 2016

RENNES (4)

L'architecture de Rennes se singularise par la construction en pan-de-bois liée à la présence de forêts autour de la ville.
 A Rennes, comme dans l'ensemble du duché de Bretagne, la permanence de la construction à pans-de-bois jusqu'au milieu du XVIIe siècle, prolonge la tradition médiévale au-delà des limites strictes du Moyen Âge.



 L'incendie qui se déclara le 23 décembre 1720 détruisit, en une semaine, plus de 900 maisons et bâtiments. 
Néanmoins tout autour de l'épicentre de la ville subsistent de nombreuses maisons à pans de bois.
 Le ravalement opéré sur les façades depuis vingt ans a mis en valeur un savoir-faire exprimé dans les structures, les façades, les escaliers, les boiseries..


Le dernier temps du pan-de-bois consiste à le recouvrir d'un crépi, à la fois mesure de prévention contre l'incendie et "cache misère" sociologique face à l'essor de la construction en pierre.





Une pensée pour celles et ceux qui vont reprendre le chemin de l'école, pensée dédiée à KHANEL



lundi 22 août 2016

RENNES (3)

Nous passons par la porte mordelaise   qui est un châtelet d'entrée, vestige des remparts de Rennes. 
Son emplacement date du 3e siècle, à la création des premiers remparts.
 Il s’agissait de l’entrée principale de la ville de Rennes.



Elle tient son nom de la ville de Mordelles, fief important dès le XIe siècle vers lequel donne la porte. Les futurs ducs devaient prêter serment devant cette entrée, elle est ainsi parfois nommée porte royale, porte ducale ou porte épiscopale.

Rennes conserve, avec Dinan et Vannes, les plus anciens exemples bretons d'architecture civile en pans-de-bois, qui se caractérisent du XVe à la fin du XVIe siècle par une structure traditionnelle en encorbellement.





vendredi 19 août 2016

ABBAYE DU THORONET (Var)

Construite à la fin du XIIe siècle dans l'arrière pays du massif des Maures dans le Var, l'abbaye cistercienne du Thoronet est l'une des « trois sœurs provençales » (avec les abbayes de Sénanque et Silvacane) .
Au début du XIIIème siècle, le monastère abrite une vingtaine de moines et quelques dizaines de frères convers.




Moins de deux siècles plus tard, le déclin de l'abbaye est déjà entamé. En 1660, le prieur fait état de "la grande nécessité que les bâtiments de cette abbaye ont d'être réparés étant en piteux état". En 1699, on signale des fissures et effondrements des toitures, portes rompues et fenêtres délabrées...

En 1790, sept moines âgés y résident encore. La disparition de l'abbaye menace lorsque, la découvrant, Prosper Mérimée la sauve en la signalant à Revoil, architecte des monuments historiques. Dès 1873, ce dernier s'attache à la restaurer. Cette restauration est reprise après 1907 par son successeur Formigé, et se poursuit depuis lors.




mercredi 17 août 2016

RENNES (2)

La cathédrale st Pierre
Achevée en 1844, cette cathédrale s'élève à l'emplacement du lieu de culte principal de la cité antique. Malgré son style dépouillé, les ors et les stucs rajoutés au 19ème siècle lui donnent une magnificence digne des basiliques romaines. Un magnifique retable en bois sculpté et doré retient l'attention.



Nous poursuivons notre découverte jusqu'aux portes  mordelaises. 
Vestiges de l'enceinte du 15ème siècle, ces portes servaient d'entrée principale à la ville. C'est en les franchissant que les ducs deviennent les véritables souverains de Bretagne.
Dans le diaporama, une des portes...



lundi 15 août 2016

RENNES (1)

Le parlement
Cour suprême des 2 300 justices bretonnes, ce palais jouait autrefois aussi un rôle législatif et politique. Son prestige hissa Rennes au rang de capitale régionale et cité aristocratique. Sa construction, qui s'échelonna de 1618 à 1655, marqua l'arrivée d'un style royal et parisien où l'alternance des matériaux est privilégiée. Après le spectaculaire incendie de 1994, l'édifice fut restauré. Il accueille à nouveau les cours d'appel et d'assises mais également de nombreuses expositions.




L'opéra : Situé sur la place centrale de la ville, son originalité est d'être inséré dans un projet immobilier comprenant logements et galeries à fonction marchande et protégées par une verrière, à l’arrière de l’opéra. Son autre originalité est de s'adapter à la forme de l'hôtel de ville de Rennes : l’avancée de l'opéra répond au creux de la mairie dessiné par Jacques V Gabriel.
Dôté d'une salle à l'italienne de 642 places, c’est un des plus petits opéras de France
hotel de ville
Cet ensemble baroque est formé de deux ailes courbes qui s'articulent de chaque côté de la tour de l'horloge couronnée d'un bulbe en plomb. 






vendredi 12 août 2016

CARCES (3)

De l'eau !!!
Autrefois, les Carçois buvaient l'eau de la rivière et en particulier celle du Grand canal, dérivée du Caramy.
En 1819, l'entrepreneur Mireur propose de rechercher l'eau dans le quartier de Bagateau sur les parcelles de Joseph Rougé et Jacques Ambard, pour éviter l'eau du canal trop souvent infectée et boueuse que boira un jour Clémenceau au cours d'un banquet.



Il faudra attendre 1850 pour qu'enfin l'alimentation de la fontaine de la Mairie soit raccordée à cette source ( la source d'Alaman probablement). 
Dans le village on peut trouver de nombreuses fontaines ainsi que des lavoirs.


Le Lac de Carcès
Formé par un barrage construit en 1936 sur le Carami, aux allures de fjords scandinaves, il stocke 8 millions de M3 d'eau et offre un plan d'eau de 100 Ha pour 9 kms de périmètre.
 Il est très prisé par les carpistes. 
La baignade et la navigation y sont interdites.



mercredi 10 août 2016

VIRE en Normandie

Petite halte à  Vire, ville située sur la rive droite du fleuve dont elle tire son nom.



VIRE connaît sans doute ses premières fortifications en bois sous le règne de Charlemagne qui laissent la place, au XIIème siècle, sous Henri 1er Beauclerc, roi d’Angleterre, Duc de Normandie et fils de Guillaume le Conquérant, à d’imposantes fortifications en pierres faisant de la Ville une des places fortes chargées de défendre le duché face à la Bretagne.


 Puissance militaire et prospérité économique vont alors de pair.
Porte  de l'horloge fortifiée du 13e siècle flanquée de deux tours et surmontée d'un beffroi avec clocheton.
Peu de photos c'était jour de marché et nous étions surtout  préoccupés par nos achats.


lundi 8 août 2016

BARFLEUR - Normandie

Petit port du Cotentin , port de pêche et de plaisance, port de charme attirant de nombreux peintres et artistes, Paul Signac y séjourna de 1932 à 1935.




L'habitat barfleurais est simple dans ses lignes, sobre dans ses formes.

Les matériaux sont ceux du pays, granit et schiste de couleur bleu vert. A la fin du XIXème, la brique fait son apparition.
Les maisons  sont à 2 pentes égales, couvertes en schiste, les pierres sont de plus en plus étroites du bord au faite du toit, lequel est souligné par des tuiles, en terre cuite vernissée, à boutons ou à festons, des épis de faîtage le décorent.

Les numéros des maisons, très pittoresques voire insolites !!




vendredi 5 août 2016

CARCES (2) balade en Provence

 Le coeur de ville médiévale est très bien restauré, avec ses ruelles étroites, ses édifices en pierres et les vestiges du château, aujourd'hui réhabilité en salle d'exposition.




Construit au milieu du XVIème siècle quand Jean de Pontevès, baron de Cotignac, devint aussi Comte de Carcès, il ne reste que les ruines d’un château qui accueillit Louis XIV et sa cour le 23 février 1660.
 Il fut détruit après la Seconde Guerre Mondiale et non pendant la Révolution comme on pourrait le penser. 
Il fut réhabilité dans les années 2000 pour abriter une belle salle d'exposition et est surmonté par un théâtre en plein air.



mercredi 3 août 2016

Route des caps (après Cherbourg)

Ce panorama offre un très beau point de vue sur les falaises de Gréville-Hague et sur le Castel Vendon, rocher cher au peintre Jean-François Millet d'un côté et sur la rade de Cherbourg de l'autre.



 Au loin on peut distinguer Omonville-la-Rogue et son port.
 C'est le point de départ idéal pour une randonnée sur le sentier des douaniers.
Petit arrêt donc à Gréville pour visiter le petit village où est né J.F. Millet  artiste-peintre réaliste, pastelliste, graveur et dessinateur français du XIXe siècle, l’un des fondateurs de l’école de Barbizon. Il est particulièrement célèbre pour ses scènes champêtres et de la paysannerie réalistes. 



lundi 1 août 2016

CHERBOURG - balade en France

Petite halte à Cherbourg

La commune résulte de la fusion des villes de Cherbourg et d'Octeville en 2000.



Située à l’extrémité nord du Cotentin, protégée par la rade artificielle la plus grande au monde, la cité a été au cours des siècles une place stratégique disputée entre Anglais et Français.
 Citée comme une des deux « clés du royaume » par Vauban, elle est devenue, par de colossaux travaux d’aménagement maritime, un port militaire de premier ordre, sous l’impulsion de Louis XVI et Napoléon Ier. 
Escale des prestigieux paquebots transatlantiques dans la première moitié du xxe siècle, Cherbourg a été l’objectif premier des troupes américaines lors du Débarquement de Normandie en 1944.

Je vous propose un petit tour en ville...