jeudi 28 février 2013

TANA ville haute (suite)

C’est dans la partie haute d’Antananarivo que sont situés la plupart des monuments historiques qui retracent les périodes importantes de l’Histoire de la ville et c'est depuis la ville haute que  la vue est  exceptionnelle .

Cette ville haute semble aussi plus calme, plus propre ...

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN9949640x480_zps55abfa54.jpg

Nous avons loué les services d'un taxi pour y faire un tour de ville. 

Parlons argent 

A Madagascar, il y a en quelque sorte deux monnaies : le Franc Malgache (FMG) et l’Ariary (AR). 1 AR = 5 FMG

Les Malgaches comptent les petites sommes en Ariary et en malgache, mais souvent pour  les plus grosses sommes, ils comptent en FMG et en français!!

Donc bien se faire préciser en quoi est le prix !!!

 

mercredi 27 février 2013

TANA ville haute

Balade en taxi dans la partie haute de TANA avec des arrêts devant certains édifices comme l'ancien palais de justice.

                                   (clic photo)

 

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN9962640x480_zps6eda75e4.jpgLe Palais de Justice (AVARADROVA)Il dresse sa silhouette néoclassique au lieu-dit AMBATODRAFANDRANA (la "pierre des Rafandrana", du nom des trois premiers rois d'Antananarivo).

Ce monument construit par Parret en 1881 remplaça une pierre sur laquelle les anciens rois prononçaient des discours et rendaient la justice. 

Son fronton, soutenu par des colonnes ioniques, est orné d'un motif sculpté dont les deux lances croisées symbolisent la justice royale.

 

le rova : Anatirova

Le palais de la reine est considéré comme le symbole de Tananarive.

Avant son incendie, certainement crimininel, le palais de la reine abritait un musée très riche ou l'on pouvait revivre l'histoire des souverains de Madagascar.

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN9958640x480_zps21bb72ea.jpg

Aujourd'hui le palais est interdit à la visite. Il est en effet en reconstruction parait-il car on n'a vu aucun chantier en cours.

Le Palais du Premier Ministre (ANDAFIAVARATRA)

Cette imposante construction de brique et de pierre, coiffée d'un dôme de verre, fut édifiée en 1872 sur les plans du Britannique William POOL en lieu et place du magnifique palais en bois à deux étages construit par RAINIHARO. Après 1895, le palais d'ANDAFIAVARATRA devint tour à tour caserne, tribunal, Ecole des Beaux-Arts, Ateliers d'Arts Appliqués Malgaches, bureau du Président de la République (1958-1972), puis du Premier Ministre (1972-1975). Ravagé par un incendie en 1975, il a été entièrement restauré. Désormais, il abrite un musée qui propose des objets sauvés de l'incendie du ROVA

 

mardi 26 février 2013

TANA ville...........voyage à Madagascar

Pour notre première nuit nous avons dormi à Tana dans un hôtel sympa et où l'on mangeait très bien, hôtel situé dans le centre ville :

le sakamanga (chat bleu).

Quelques photos d'affiches prises dans les couloirs de cet hôtel , photos  de la gare, transformée "en petit centre commercial" non loin de l'hôtel. Bâtie en 1910 d'aprés les plans de Mr Fouchard, elle doit son nom Soarano "bonne eau" à son emplacement sur le site d'une ancienne fontaine.

Elle voit passer de rares trains !

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN0059640x480_zps276f326e.jpg Nous sommes peu sortis à pied, la ville n'étant pas sûre...

tout (voire plus) comme toutes les grandes capitales.

Il vaut mieux prendre un taxi, facile à trouver : des 2CV ou des 4L...

 

 

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/madagascarpopTANA_zps8d16cfec.jpg

lundi 25 février 2013

Arrivée à ANTANARIVO ................voyage à Madagascar

Son nom malgache, Antananarivo, signifie 'La ville des Mille', des 1000 hommes en armes postés en ses murs par le Roi Andrianjaka au XVIIe siècle. Les français l'ont rebaptisée Tananarive lors de la colonisation. Pour les intimes, il s'agit simplement de 'Tana'.

http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN0051640x480_zpscb655d0e.jpg

Lorsque l'on quitte donc  l'aéroport pour se rendre à TANA on emprunte la route de la  digue .

Digue qui protége des inondations,mais qui  au quotidien est un lieu de passage, de commerce, les femmes y lavent même le linge et l'étendent dans l'herbe de la digue.

 

Premières images donc prises le long de cette route....lors de notre arrivée au pays.

dimanche 24 février 2013

Mont Sainte Odile : la source

La source (ou fontaine) de Sainte-Odile se situe en contrebas du couvent. Son eau aurait la vertu de guérir les maladies des yeux. Selon la légende, c'est Sainte Odile qui l'a fait jaillir en frappant le rocher de son bâton13. Pour y accéder on passe non loin d'un chemin de croix.     Dans les parages se trouve aussi le mur païen (en allemand : Heidenmauer) .  C'est une enceinte d'une longueur totale de onze de kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile pour former une enceinte. Formé d'environ 300 000 blocs , il fait entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre trois mètres de hauteur.  Ses origines restent obscures et controversées et source de fantasmes. Certaines origines que l'on attribue au mur tiennent en effet plus des contes et légendes que de faits historiques incontestables. Le qualificatif de païen lui a été donné par Léon IX.
source Ste Odile par chevrette13  

samedi 23 février 2013

Mont Sainte Odile (2)

Très populaire, l'endroit devint un lieu de pèlerinage très fréquenté, notamment par les personnes atteintes de maladies oculaires et accueillit jusqu'à 130 moniales.
 On peut encore voir le tombeau de sainte Odile dans une chapelle attenante au cloître.

 

Par le cloître (un des rare qui soit fermé) on arrive à la Terrasse qui offre une vue très large sur la plaine d’Alsace, sur Strasbourg, sur la Forêt-Noire.

 Par temps clair c’est un véritable régal que d’admirer le riche panorama.

 Une statue de Sainte Odile bénissant son pays domine la Terrasse.

 Deux anciennes chapelles, décorées de mosaïques récentes, attirent la curiosité des visiteurs.

 

 L’une, la Chapelle des Larmes, est bâtie sur l’ancien cimetière du monastère (plusieurs tombes taillées dans le rocher sont encore conservées).

 C’est là que, selon la légende, Odile a pleuré et prié sur la tombe de son père. L’endroit est marqué par une grille. Les mosaïques représentent le tombeau comme passage vers la lumière, les saints qui accueillent le défunt et le conduisent à la gloire du Christ.

 La Chapelle des Anges (ou Chapelle Saint-Michel) contient des mosaïques représentant les Anges gardant l’accès du Paradis, annonçant la naissance du Sauveur et son retour à la fin du monde, et luttant contre le mal.

 


Ste Odile (2) par chevrette13

vendredi 22 février 2013

MONT SAINTE ODILE

Situé à 763 mètres d’altitude, le Mont Sainte Odile fut durant plusieurs siècles le siège d’un important monastère.

 Aujourd’hui transformé en hôtel, ce lieu religieux autrefois dédié à Sainte Odile, patronne de l’Alsace, est encore fréquenté par de nombreux pèlerins.

 Toutefois, le Mont Sainte Odile accueille un nombre important de visiteurs non croyants, désireux de profiter de l’environnement naturel et boisé du lieu.

 

 

Le monastère est créé vers 700, après que le père d'Odile lui a légué le château, qu'elle transforme en couvent.
 
Très populaire, l'endroit devint un lieu de pèlerinage très fréquenté, notamment par les personnes atteintes de maladies oculaires et accueillit jusqu'à 130 moniales.

 


Ste Odile 1 par chevrette13

jeudi 21 février 2013

Mittelbergheim (3)

Dans une ruelle de la ville nous avons trouvé une présentation et animation de pressoirs des 16ème au 20ème siècles - et d'un alambic pour distiller les marcs.
  
Présentés de gauche à droite :
•Pressoir très bien conservé ayant fonctionné jusqu'en 1950, daté de fin du 16ème siècle et rénové en 1844 suite à l'usure du pas de vis de la grosse poutre transversale.
 Il fut sans doute l'un des 19 pressoirs recensés dans le village entre 1595 et 1611.
 Seules les familles bourgeoises détenaient un pressoir. Sa taille variait en fonction de la superficie des vignes exploitées.
 •Remplissage des ‘barriques' à l'aide d'un broc et d'un entonnoir en bois, pour ensuite livrer le vin aux diverses seigneurie du village.
 •Première pompe à bras (fin 18ème s.) pour transvaser le jus de raisin ou le vin

 

Pressoir à cliquet (début 19ème s.) ayant appartenu au pasteur du village qui cultivait quelques parcelles de vignes et produisait son vin.
•Alambic pour la distillation des marcs.
•Pressoir rond à cliquet: le modèle le plus répandu en France au milieu du 19ème

 

 


Mittelbergheim fin par chevrette13

mercredi 20 février 2013

Mittelbergheim (2)

Au XVIe siècle, le village comptait plusieurs dizaines de pressoirs en bois. 

L'un des pressoirs daté de 1727, est l'un des huit rescapés de l'époque médiévale qui fonctionna jusqu'en 1952.

 

 

 

 Il remplaça un ancien pressoir construit en 1571.

 L'usure de la vis en bois et l'humidité de l'ensemble obligeait la communauté à les restaurer périodiquement. Des réparations furent entreprises au cours des XVIIIe et XIXe siècle.

 Pour des raisons de coût, seul l'imposant linteau et les piliers étaient en chêne massif, permettant de résister à de fortes pressions en mobilisant du personnel.

 

PAR CONTRE :

 

Le moulin à huile, en grande partie du XVIIIe siècle, est dans un état de conservation remarquable. Il est l'un des rares en Alsace à n'avoir subi aucune dégradation. En 1991, Paul Gerling, propriétaire de la ferme où est entreposé le moulin, fit don à la commune de Mittelbergheim du moulin à huile qui se trouvait dans sa cour.

 

 


Mittelbergheim 2 par chevrette13

mardi 19 février 2013

Mittelbergheim

Plus de la moitié du territoire de Mittelbergheim est composée de vignobles dont les vins sont appréciés, notamment le grand cru zotzenberg.

  Donc sur la route des vins d'Alsace, le village offre aux visiteurs la vue d'un superbe ensemble architectural alsacien des XVIe et XVIIe siècles.
La richesse de son patrimoine lui permet d'être classé parmi les Plus Beaux Villages de France.
L' hôtel de ville de style Renaissance présente un plan presque carré. L'escalier extérieur mène à une loggia, coiffée d'un toit à bulbe, servant probablement aux cérémonies publiques

  

 cliquer sur les photos pour agrandir et lire....

 


Mittelbergheim par chevrette13

Marckolsheim

Sur notre route en Alsace nous avons fait un crochet par Marckolsheim...musée hélas fermé , mis quelques vues de l'extérieur

Musée Mémorial de la Ligne Maginot du Rhin


Installé dans la casemate N° 35 de la 3ème Ligne de Défense à Markolsheim, ce Mémorial doit rappeler les terribles combats des 15 - 16 et 17 juin 1940 lors desquels la Ville de Marckolsheim a été détruite à plus de 80%.

 

 


Les locaux ont été aménagés tels qu'ils se présentaient en 1940 : chambres de tir, groupe électrogène, dortoir, poste de commandement, puits d'eau potable, etc.

Ils sont équipés d'armes d'époque telles que canon anti-char, mitrailleuses, mortiers, fusils mitrailleurs ainsi que de l'optique d'origine.

 Un armement complet d'époque avec leurs munitions, des souvenirs de guerre ou encore des photos prises en 1939 et 1940, ornent de nombreuses vitrines.
A l'extérieur, sont exposés divers engins militaires, notamment un canon russe de 152 mm, un char Sherman, un half-track , une automitrailleuse, une cuisine roulante, un canon anti-aérien " Bofors " ainsi qu'un élément de pont " Bailey ".

 


Marckolsheim par chevrette13

lundi 18 février 2013

SELESTAT 4

Installé dans la ville depuis le XIIIe siècle, l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Sélestat avait pour vocation de former les nobles alsaciens à la défense de la chrétienté en Méditerranée occidentale. De l’ensemble des bâtiments fondés en 1265, seuls subsistent « le Ritterhof » (la maison des Moines-Chevaliers de 1410) et la maison du Prieur élevée en 1565. 

 La porte de la tourelle est de tradition gothique. L’escalier à limon hélicoïdal de la tourelle présente de nombreuses marques de tailleurs de pierres. Elle héberge l'Office de Tourisme, ainsi que des services de la Ville.

 

L' hôtel de ville s'est installé dans la Herrenstub, siège du Magistrat (Conseil Municipal) .

 

Construite en 1615 par Hans Billex, la maison Zum kleinen Giessen - Au petit Giessen - du nom d’un ancien ruisseau est par la suite acquise par Jean de Saint-Lô, commissaire des guerres, dont le petit-fils Ignace réalisera la chaire de Sainte-Foy.

 Le roi Louis XIV y loge en 1681, avant de recevoir l’hommage du Magistrat de Strasbourg venu faire acte de soumission.

 

 La maison Billex, édifiée sur les vestiges d’une ancienne bâtisse, est la dernière construction de style Renaissance à Sélestat.

 


Sélestat (4) FIN par chevrette13

SELESTAT 3

Suite de la visite de la ville avec l'Eglise Saint-Georges :

cette très belle église gothique a été construite entre le XIIIème et le XVIème siècle en plusieurs étapes.

 Les premiers éléments de la construction sont roman (tel que ce porche à l’ouest) puis gothique (nef) et finalement en gothique flamboyant pour la tour.

 A l’intérieur, sobre, une nef éclairée de beaux vitraux.

 

 


Un peu plus loin, la Bibilothèque Humaniste :

 elle est aujourd’hui abritée dans une ancienne halle aux blés du XIXème siècle.

 Y est présentée la bibliothèque ayant appartenu à Beatus Rhenanus, léguée à la ville, ce qui représente plus de 3000 documents (manuscrits, incunables et imprimés) couvrant une période allant du VIIème au XVIème siècle. Ce musée est quasiment unique en Europe.

 

 Plusieurs belles maisons jalonnent le parcours et des parties de l’ancien rempart sont visibles.

 


Sélestat 3 par chevrette13

SELESTAT 2

L' église ste foy
Étape importante de la route romane d'Alsace.

 Elle fut érigée pendant la deuxième moitié du XIIe siècle pour les moines bénédictins de l'Abbaye de conques en Rouergue. Établis à Sélestat en 1094, ils purent s'y installer suite à une donation de Hildegarde de Buren, arrière-grand-mère de l'empereur Frédéric de Barberousse.

 

 Construite sur un plan basilical à transept peu marqué, elle présente un style plus proche des réalisations lorraines et bourguignonnes que de l'art roman rhénan.

 


SELESTAT 2 par chevrette13

SELESTAT (1)

Ville impériale en 1217 Sélestat est alors ceinte d'une muraille dont il reste le Niedertortour  .
 La deuxième enceinte date de 1280 dont subsiste la porte Neuve au passage en arc brisé à herse extérieure  le Kugeltor, appelée aujourd’hui porte Neuve ou tour de l’Horloge.

 

Équipée au départ d'une terrasse, cette dernière tour – la seule encore visible – a été complétée en 1614 d'une toiture en forme de bulbe flanquée aux angles de quatre tourelles appelées échauguettes en terme d’architecture militaire.
 Cette toiture a été restaurée en 1891 suite à un incendie.

 Sur sa face sud, une fresque a été peinte en 1614. Elle représente une crucifixion avec sainte Foy et saint Christophe.

 

Nous prenons ensuite la rue commerçante au cœur du centre ville.

 Au N°46 de cette rue se trouve la Maison Goll.

 La façade plutôt étroite de cette demeure du 16 ème s. se signale par la présence d'un imposant oriel à deux étages .

 Jadis appelée "A la Bourse" puis "Au Bœuf", cette maison paraît avoir toujours connu des activités marchandes, comme le suggèrent les arcades cintrées du rez-de-chaussée. Elle est également chaque année le lieu d'une fête médiévale, pendant laquelle échassiers, cracheurs de feu et chevaliers en prennent possession.

 

Le château d'eau 
monument de brique jaune au pittoresque couronnement (architecte Behr 1905).

 


Sélestat (1) par chevrette13

vendredi 15 février 2013

BERGHEIM 2

Nous continuons la visite de la ville avec quelques édifices comme :

 

La Mairie (l'ancienne "Herrenstube") construite entre 1760 et 1767 et dans laquelle se trouvent d'abondantes archives fait grande impression par sa façade en grès et son pignon baroque surmonté d'une magnifique thémis qui rappelle le souvenir de l'époque où le Conseil de Ville avait le droit de juridiction.

  

Arrêt photo devant un  beau cadran solaire .

Daté de 1711, ce cadran peint, l'un des plus beaux du pays dit-on, se situe au n° 44 de la Grand'rue. Il fut rénové en 1959, puis en 1977.


Un large ruban aux extrémités enroulées porte les initiales J.G. et le texte latin :

"Sicut umbra fugit vita" et "Fecit ano MD CC XI"
 
(Comme une ombre fuit la vie - fait en l'an 1711).
 

Ce cadran indique les heures, les 1/2 heures, 1/4 heures, les changements de saison, la position du soleil dans le zodiaque, à quelques jours près la date de l'année, ainsi que l'heure du lever et du coucher du soleil.

 


Bergheim (2) par chevrette13

BERGHEIM 1

Bergheim, superbe village de la route des vins, entouré de ses remparts,  comporte de nombreuses et très belles maisons de vignerons.


La tour-porte Ouest (Obertor) est un édifice du XIVe siècle dont l'aspect est remanié par un réaménagement du passage et de sa face intérieure. 

Aujourd'hui, le toit est couvert de tuiles vernissées disposées selon un motif bourguignon. Alors que la façade extérieure est entièrement crépie, la façade intérieure est formée, sur son sommet, de colombages qui confèrent au bâtiment un aspect moins martial.

La porte était précédée d'une barbacane à pont-levis qui communiquait sans doute avec la poterne encore visible à mi-hauteur, au-dessus de l'entrée extérieure. Une herse complétait ce dispositif

 


Bergheim (1) par chevrette13

Haut Koenisbourg (4)

La montée aux appartements nous permet  de découvrir  l'habitat de château.
 Les pièces nobles sont recouvertes de lambris, contiennent une cheminée ou un poêle en faïence (le kokelhof, typique de la région) et quelques meubles.

 

 Les fenêtres sont souvent équipées d'un coussiège, petite banquette qui permet aux femmes de s'installer à cet endroit pour recevoir un maximum de lumière et de réaliser des travaux de couture.

   


En poursuivant notre visite on atteind la salle des fêtes, la plus célèbre du château du Haut Koenigsbourg.

Elle a un but clairement politique, au détriment de la restauration historique. La salle a une hauteur plus importante que celle d'origine (la galerie indique la hauteur initiale). Au plafond, l'aigle impérial domine la salle et englobe les blasons des différentes villes de la région.
Un peu plus loin vous pourrez visiter la salle des trophées de chasse, tous marqués du W de l'empereur (Wilhelm pour Guillaume).
La salle d'armes abrite une importante collection d'armes anciennes et d'armures.

 


Haut Koenisbourg fin par chevrette13

dimanche 10 février 2013

Haut Koenisbourg (3)

En rejoignant le logis, on passe par une cour intérieure contenant une citerne de récupération des eaux de pluie et finalement par les cuisines.

 


Entre le cellier et la cuisine, la citerne  donc profonde de quatre mètres récupérait l'eau de pluie utilisée pour les tâches ménagères et pour abreuver les animaux.

Enfin, on peut découvrir la cuisine avec ses deux vastes cheminées. La survie des habitants est là aussi bien organisée. Réserves d'eau et de nourriture, cuisine tout a été prévu pour subvenir aux besoins en cas de siège.


Un escalier en colimaçon mène aux deux étages de logements....


haut koenisbourg 3 par chevrette13

Haut KOENISBOURG (2)

La porte est surmontée d'un bas relief avec le blason de la famille Thierstein.
 
On débouche sur une petite cour, la cour basse, où la porte principale avec une herse permet d'entrer dans le chateau.

Au dessus de la porte, les armoiries des Hohenzollern, rappelant que le chateau a été restauré par Guillaume II. Ainsi que des armoiries de Charles-Quint. Des restes d'armoiries originales avaient été retrouvées sur le site. Et Guillaume II s'en estimait l'héritier.

 


La cour basse est entourée de communs et de locaux de service. Un bâtiment attenant est surmonté d'un modèle réduit de moulin à vent, alors que les textes indiquent qu'un moulin à vent lui bien réel se trouvait aux environs.

Au milieu de la cour,  une copie d'une fontaine du XVe siècle conservée à Eguisheim.

Un escalier avec de grandes marches irrégulières permettent d'accéder au logis. Une dernière défense est constituée par un petit pont-levis au niveau de la porte des Lions.


haut Koenisbourg 2 par chevrette13

Haut Koenisbourg (1)

Un château fort de montagne en Alsace

Alors nommé Staufenberg, il domine la plaine d'Alsace à plus de 700 mètres d'altitude.

 Cette situation sur un promontoire rocheux en fait un observatoire idéal des principales routes de la région, et un point de repli stratégique. Ce fut là sans doutes un des principaux rôles du château à l’époque de sa construction.

 Ce château fort prend le nom de Koenigsbourg (château royal) vers 1192.

Détruit en 1462, les Habsbourg confient ce château fort aux Tierstein. Ceux-ci le reconstruisent et l'agrandissent, mettant en place un système défensif conçu pour faire face à des tirs d'artillerie.

 C'est l'apogée du Hohkoenigsbourg (" Hoh " signifie... " Haut " !)
Assiégé, pillé puis incendié en 1633, le château fort est abandonné pendant deux siècles. ....


Haut Koenisbourg - arrivée par chevrette13

BELFORT -3-

LE MONUMENT DES TROIS SIEGES

 

Le 13 avril 1901, le Conseil Municipal décide qu'un monument à la mémoire du colonel Denfert-Rochereau soit érigé sur une des places de la ville.

 

Le député maire s'adresse à  Frédéric - Auguste Bartholdi.

L'artiste souhaite associer à la mémoire du défenseur de Belfort en 1870-1871, celle du Général Lecourbe qui soutint le siège de 1815 et celle du commandant Legrand qui défendit la ville en 1813- 1815. Bartholdi meurt sans avoir fini son œuvre.

Il faut alors toute la ténacité de sa veuve, face à la municipalité qui veut rompre le contrat la liant à l'artiste, pour que l'édifice soit achevé par les sculpteurs Noël et Dechin. Il est  inauguré le 15 août 1913.

Sur le plus haut piédestal, une France casquée pose affectueusement la main sur l'épaule d'une jeune fille qui représente Belfort tenant encore son glaive à la main.

Les Belfortains le surnomment « monument des 3 menteurs ». Savez-vous pourquoi ? Lecourbe est droit comme un « i », Legrand était de taille modeste et Denfert n’est pas en fer puisque le groupe sculpté a été réalisé en bronze.

 


Belfort(3) ville par chevrette13

BELFORT (2)

La citadelle de Belfort, appelée aussi Citadelle de la Liberté, est le plus important exemple de l'architecture édifiée par Vauban.

 


Le dispositif défensif conçu par Vauban et complété par le général Haxo a permis à Belfort de résister durant 103 jours au siège de 1870. Si l'Alsace-Lorraine fut alors prise, la France a pu toutefois garder Belfort et son territoire.

 

 

Du 18 septembre 2011 au 17 septembre 2012, l’agglomération belfortaine va vivre au rythme des Veilleurs de Belfort.

 Performance pour 731 participants, une personne différente chaque matin et chaque soir veillera pendant une heure Belfort et son Territoire depuis la terrasse de la citadelle.

Nous descendons maintenant dans la ville voir de plus près les bâtiments découverts depuis la citadelle.
Tout d'abord les tours, dans l'une d'elle un musée..

 


Belfort (2) citadelle et musée par chevrette13