mercredi 9 janvier 2013

Besançon (3)

Nous retrounons dans le quartier de la chapelle du refuge pour voir

 l'hôpital St Jacques.

Hôpital construit avec l'accord de Louis XIV. Lorsque sa construction s'achève, la ville possède l'un des plus beaux du royaume.

 

La grille en ferronnerie est réalisée par le serrurier Nicolas Chapuis en 1703 (remplacée depuis par une copie, l'originale étant stockée à la Citadelle).

 On peut y lire une inscription latine au-dessus de la porte tirée des psaumes

 « Tibi derelictus est pauper. Orphano tu eris adjutor » (« c’est à toi qu’est abandonné le pauvre. Tu seras le secours de l’orphelin »).

 

Nous continuons notre découverte de Besançon en passant d'un quartier moderne "la City"  au bord du Doubs à un square datant de l'antiquité, le square Castan.
Des vestiges  y ont été mis à jour, vestiges d'un théâtre et des colonnes...

 


Besançon (3) par chevrette13

lundi 7 janvier 2013

BELFORT (1)

Nous entrons dans la vieille ville de Belfort par la porte de Brisach. Porte classée monument historique et érigée en 1687 par Vauban.

Sur le fronton triangulaire, un soleil sculpté, emblème du roi soleil et sa devise en latin.

 


De là nous nous dirigeons vers l'emblème, cette fois-ci, de la ville :

 LE LION DE BELFORT au pied de la falaise de la citadelle.

En bloc de grès rose des Vosges, le sculpteur Bartholdi l'a achevé en 1880. Il commémore la défense stoïque d'un siège de 103 jours en 1870 contre les Prussiens.

 Il représente un lion couché et blessé prêt à se dresser qui repose sur un piédestal en rocaillage.

Une réplique du lion , en cuivre martelé, est placée à Paris, place Denfert-Rochereau, dans le 14e arrondissement et une autre au Square Dorchester de Montréal.

 

BESANCON (1)

                                                     Début de notre visite à Besançon.

 Nous avons commencé par la place de l'hôtel de ville, derrière le palais de justice et en face l'église St Pierre.
Arrêt photo devant un cadran solaire : "le soleil ment, l'horloge dit vrai" telle était la devise des horlogers.
La méridienne de l'hôtel de ville est un cadran solaire vertical déclinant du matin.  Elle indique l'heure de 10h à 12h30.

 


Un personnage célèbre : Victor Hugo
Écrivain, poète, Victor Hugo est né à Besançon car son père, officier, s'y trouvait en garnison.

C'est parce qu'il cherche une rime en « ole » que Victor Hugo fait de Besançon une ville espagnole dans son poème Les Feuilles d'automne (Besançon, ville libre, devint possession espagnole quatorze ans seulement avant la conquête française de 1674 et n'a pas été hispanisée.

 

« Ce siècle avait deux ans : Rome remplaçait Sparte
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte.
Et du premier consul déjà par maint endroit
Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon vieille ville espagnole
Jeté comme une graine au gré de l'air qui vole
Naquit d'un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix. »

Les Feuilles d'automne,
1831

 


Besançon centre-ville (1) par chevrette13

dimanche 6 janvier 2013

BESANCON (2)

Au XVIIIème siècle, l'Archevêché de Besançon décide de construire un édifice pour les femmes et jeunes filles désireuses de se rattacher au christianisme, à la place d'une église plus ancienne, datant de 1690, qui fut alors totalement réhabilitée.

 

L'architecte Nicolas Nicole traça les plans de la chapelle, et les travaux commencèrent en 1739.

 Fortement inspirée de l'Institut de France à Paris, elle fut baptisée « église du bon Pasteur » et prit par la suite le nom de Chapelle Notre-Dame du Foyer.

 Elle fut rattachée à l'Hôpital Saint Jacques en 1802. La coupole culmine à 26 mètres de hauteur, elle est un des plus grands chefs-d’œuvre français, comprenant médaillons peints, tableaux de maître, sculpture de Claude François Devosge, etc.

 

En ce qui concerne les fontaines de Besançon , je n'ai pas eu le temps de toutes les chercher en voici quelques unes dans le diaporama dont la fontaine des dames, dans une niche de pierre, deux dauphins soutiennent un coquillage servant d'écrin à une petite sirène de bronze.

 


Besançon (2) par chevrette13

jeudi 3 janvier 2013

LODS (2)

Suite de notre balade dans LODS  au bord de la Loue ( Lods se prononce "Lo").

Comme dans tout village, une église :  

L'église paroissiale Saint-Théodule :
construite de 1733 à 1736 par l'architecte bisontin Jean-Pierre Galezot.   

 


 Un ancien moulin au bord de la Loue
La construction de ce moulin est antérieure au cadastre de 1813.

Il a peut-être été élevé à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle. Il a connu des modifications après 1813. Il a cessé son activité après la seconde guerre mondiale.


On peut également y pratiquer bon nombre d'activités sportives, la pêche, le canöe le long de la Loue, VTT et depuis récemment l'accrobranches.


Lods (2) par chevrette13  

mardi 1 janvier 2013

Besançon 5

La Citadelle abrite derrière ses murailles,  le Muséum d’Histoire Naturelle de Besançon.

 Créé en 1943, installé à la Citadelle depuis 1959 à l’initiative du maire Jean Minjoz, considérablement enrichi depuis, le Muséum réunit nombre de collections naturalisées et surtout des collections variées d’insectes, de poissons, d’oiseaux et de mammifères présentés au sein de 4 espaces : un insectarium , un aquarium, un noctarium, et un jardin zoologique.

 

Derrière un ensemble de baies vitrées, on peut  au plus près deux espèces de grands fauves parmi les plus menacés d’extinction : le tigre de Sibérie et le lion d’Asie.
 De nombreux animaux étaient bien au chaud dans leur abri à cette époque de l'année (déc 2011).

 


Besançon la citadelle (2) par chevrette13

Besançon (4)

Érigée il y a 4 siècles, la citadelle de Vauban semble veiller aujourd'hui encore sur la vieille ville  de Besançon.


 Vauban reçoit pour mission, la réorganisation de la citadelle et la fortification de la cité.

Trente années de travaux et des fonds considérables seront nécessaires pour obtenir, en 1711, l'une des places fortes les plus puissantes de l'époque.

Depuis sa construction et jusqu'en 1940, elle sert à loger les troupes de la garnison. De 1682 à 1694, elle abrite une école de Cadets.

 

Pendant la Révolution, l'Empire et la Restauration, on y emprisonne de nombreux opposants aux régimes qui se succèdent .
La citadelle a enfin servi de camp de prisonniers de guerre et cela à plusieurs reprises : tout au long du XIXe siècle ainsi qu'à la fin de la guerre de 39-40

 


Besançon la citadelle 1 par chevrette13