vendredi 30 novembre 2012

ROME, pont Saint Angelo

Le Pont Saint-Ange (Ponte Sant Angelo en italien) est un pont piéton qui s'appuie sur les fondations d'un pont antique : le Pons Aelius, construit par l'empereur Hadrien en l'an 134 de notre ère pour rejoindre son mausolée circulaire (l'actuel château Saint-Ange) par une voie magistrale.

 

Sur les parapets, les statues de la fameuse série des dix statues dessinées par le Bernin et principalement réalisées par ses élèves font une haie d'honneur aux nombruex piétons et marchands ambulants .

 

======================Le Château Saint-Ange
Le nom de « château Saint-Ange » vient d'une apparition miraculeuse pendant la peste de 590 où selon la tradition, le pape Gregorio Magno priant dans le cortège, aurait eu la vision d'un ange qui abaissait son épée. Il aurait interprété ce geste comme l'annonce de la disparition de la peste dans la région.

En mémoire de cet évènement, une statue en bois a été placée au sommet. Elle connut de nombreuses versions, dont certaines en marbre, puis en bronze qui fut fondue en 1527 pour forger des pistolets.
La statue actuelle (la sixième) est l'oeuvre du travail de l'artiste Werschaffelt en 1753.

 


Rome 9 le Tibre par chevrette13

 

jeudi 29 novembre 2012

ROME, place Navone

Place Navone
Cette superbe place, certainement une des plus fameuses de Rome, est un des centres d'attraction touristique de Rome.

La place Navone qui s'allonge sur près de 240 mètres .

Ses pavés actuels remontent au XVIe siècle.

Comme l'ensemble du quartier, la place fut réaménagée lors de la Renaissance.

Un important marché s'y installa à partir du 15 e siècle.

La place Navone continue d'être l'une des plus animées de Rome, avec ses artistes peintres qui exposent. Plusieurs cafés chics et restaurants bordent la Place occupée par trois fontaines des plus baroques de Rome.

 

La fontaine au sud de la place, Fontaine du Maure dont le personnage central ressemblerait au Bernin a été dessinée par ce dernier et réalisée par Giacomo della Porta en 1654.
Celle du nord, la Fontaine de Neptune fut construite au 16e siècle. Neptune fut sculpté au 19e par Antonio della Bitta.

C'est Le Pape Innocent X qui décida la construction de la colossale fontaine centrale en 1651, la Fontaine des Quatre Fleuves – réalisée par Le Bernin. Elle est formée de quatre statues représentant le Nil, le Gange, le Danube et le Rio de la Plata. En son centre, l'obélisque provenant du cirque de Maxence y fut élevé, mais il était initialement dans le temple d'Isis.

 


Rome 8 place Navone par chevrette13

mercredi 28 novembre 2012

ROME, le Panthéon

De la  Place de Montecitorio, le Palazzo di Montecitorio (chambre des députés) avec  un obélisque qui autrefois servait d'aiguille à un cadran solaire nous sommes allés jusqu'au Panthéon.

 

Le Panthéon est un ancien temple romain resté intact. De l'extérieur, il montre ne structure rectangulaire, avec un portique comportant de nombreuses colonnes. Le reste du monument forme une ellipse, surmontée d'une coupole de 43 mètres de diamètre. À son sommet, une ouverture laisse passer la lumière du jour, permettant une utilisation comme cadran solaire.

La construction de l'édifice a eu lieu entre 118 et 125, ordonnée par l'empereur Hadrien. Elle remplaçait alors le temple d'Agrippa, ravagé après plusieurs incendies. La dédicace située sur la façade du monument actuel le rappelle. Elle signifie "Marcus Agrippa, fils de Lucius consul pour la troisième fois, le fit bâtir".

En 609, le pape Boniface IV a reconvertit le bâtiment en Eglise. Il avait été offert au Vatican par l'empereur byzantin Phocas. Quelques transformations intervinrent alors. À l'origine, les niches présentes dans le bâtiment contenaient des statues de dieux romains. Ce sont aujourd'hui des chapelles. Certains rois y ont été enterrés, tels que Victor Emmanuel II ou Raphaël.

 

 


Rome 7 des places par chevrette13

 

Place de Minerve


 Sur la place, à l'emplacement de l'ancien temple de Minerve, s'élève la très belle église de Santa Maria Sopra Minerva

On sait peu de choses du temple antique qui aurait été construit vers -50 par Pompée.

Un sanctuaire dédié à Isis et Sérapis y aurait aussi été bâti.
Au centre de la place, en face de l'église, se dresse un étrange monument : un obélisque égyptien que surmonte un éléphant de marbre.
L'obélisque du VIe siècle avant J-C fut trouvé dans le jardin du couvent voisin en 1665, il provient d'un sanctuaire de la déesse Isis, c'est pourquoi on suppose qu'un tel sanctuaire occupait les lieux.

L'éléphant fut dessiné par Le Bernin et réalisé en 1667 par Ercole Ferrata. L'inscription portée sur le socle évoque les vertus de la doctrine chrétienne

 

mardi 27 novembre 2012

ROME à pied, la fontaine de Trévi

La Fontaine de Trevi est la plus artistique de Rome, présente dans l'imaginaire collectif grâce à La Dolce Vita de Fellini.

Une fontaine fut construite en 19 av JC par Marco Vipsiano Agrippa, elle amenait l'eau vierge  pour alimenter les thermes qu’il construisit au Panthéon.
L'eau fut qualifiée de Vierge en hommage à une fillette qui aurait indiqué la source a des soldats assoiffés.

 

                                                                                                  Place de la Colonne  de Marc-Aurèle

Située au centre de la place, la colonne est présente à cet endroit depuis l'antiquité. Elle fut érigée en l'honneur de Marc-Aurèle en 180 sur le modèle de celle de Trajan, pour commémorer les campagnes militaires de l'empereur.

 

La place fut bâtit à la fin du XVIe siècle par le pape Sixte V, près de la chambre des députés.


En face de la colonne, se trouve l'entrée du Palazzo Chigi, qui était par le passé l'ambassade de l'Empire austro-hongrois, et est désormais le siège du Conseil des ministres.
Se trouve aussi le Palazzo Wedekind, la maison historique du journal quotidien Il Tempo dont le portique est porté par des colonnes ioniques qui proviennent de l'antique cité de Véies.

 

 

lundi 26 novembre 2012

ROME à pied suite...

Sur la colline du Capitole, l'église Santa Maria in Aracoeli fut construite principalement au XIIIe à l'emplacement de l'ancien temple de Junon Moneta. La légende prétend que c'est ici que la Sibylle de Tibur aurait prédit à l'Empereur Auguste l'avènement du Christ.

Elle remonterait même au IVe où un monastère occupait les lieux sur les fondation du temple.

 

Sa reconstruction en style roman gothique fut confiée aux Moines Franciscains en 1250 par Innocent IV.

On remarquera sa façade de briques nues, probablement jamais terminée. Elle servit au conseil communal.

Un très bel escalier du XIVe siècle doté de 122 marches en marbre blanc, mène à l'église. Il fut réalisé après la peste de 1348.


Rome 5 - église santa maria par chevrette13


L'intérieur remonte essentiellement au XVIe.

Le pavement au sol est remarquable, c'est un pavement Cosmatesque, réalisé par les Cosma, une corporation de marbriers du 12e siècle qui exerçait une technique particulière, consistant en l'incrustation de petits morceaux géométriques de marbre coloré.

 

 

 

dimanche 25 novembre 2012

HUNAWIHR (2) balade en Alsace

HUNAWIHR  c'est aussi un  parc "Centre de réintroduction."

Le parc abrite plus de 150 cigognes qui y vivent en liberté tout au long de l’année.
En 1976, le Centre de réintroduction de la cigogne était exclusivement un site de reproduction en captivité de la Cigogne blanche.

 

Selon le site internet du parc, "la population déclinait de façon alarmante : il ne restait plus que 5 couples sauvages à cette date, alors que 15 ans plus tôt, on recensait 145 couples !"

Alors le parc décide de mener des recherches pour trouver un moyen de "repeupler" l'Alsace.

 Au final, la technique consiste à la suppression de l'instinct migration par le maintien de 3 ans en volières.

 

Aujourd'hui, le parc accueille en permanence une colonie de près de 150 cigognes en liberté et s'occupe de deux nouveaux animaux : la loutre depuis 1991, et le grand hamster qui compte parmi les 3 espèces les plus menacées de France.

 


HUNAWHIR 2 CIGOGNES par chevrette13

HUNAWIHR ..balade en Alsace

Hunawihr se trouve entre Riquewihr et Ribeauvillé  légèrement en aval de la route des vins d'Alsace.

 
Hunawihr doit son nom à la sainte lavandière Huna qui, selon la légende, y aurait vécu au 12ème siècle avec son époux, le seigneur franc Hunon.
 La légende raconte qu'au 12ème siècle, alors que les vignerons d'Hunawihr n'avait pu faire de récolte, Ste Hune accomplit un miracle en faisant couler le vin à la fontaine qui porte encore aujourd'hui son nom.
Surplombant le village, l'église St Jaques le Majeur du 15ème siècle, entourée d'un cimetière fortifié  servait aussi de donjon, où les habitants pouvaient se réfugier en cas d'attaque.
 L’Alsace devenue française, les catholiques et les protestants se partagent l’église.

 


L’ancienne halle aux blés, qui abrite la mairie, est du XVIème siècle. Audessus du portail figurent les armoiries des suzerains de Hunawihr : les Wurtemberg (bois de cerf), le duché de Teck (losanges), le Saint Empire Romain Germanique (la bannière à l’aigle bicéphale) et le comté de Montbéliard (les poissons).

 


Hunawhir 1 par chevrette13

vendredi 23 novembre 2012

ROME à pied (2)

Monument à Victor Emmanuel II
Vittoriano


Ce monument imposant de marbre blanc, le Vittoriano, fut construit entre 1885 et 1927 en l'honneur de l'Italie unifiée, sous son premier Roi, Vittorio Emmanuel II de Savoie. C'est un édifice de style néo-classique conçu par Giuseppe Sacconi.

 

 

 

On y accède à travers un vaste perron, occupé à moitié par le Monument aux soldats inconnus, l’ « Autel de la Patrie », où se trouve enterré un soldat de la première Guerre Mondiale, souvenir des innombrables morts tombés pendant la Grande Guerre qui sont restés sans sépulture ou n’ont jamais été identifiés. Une statue du Roi de 12 mètres de hauteur est placée devant le très grand portique.

À l'intérieur du Monument, se trouve le Musée Central du Risorgimento.


Ce monument, assez mal accueilli, est encore aujourd’hui peu aimé des romains compte tenu de sa masse imposante qui rompt avec l’harmonie des autres bâtiments et qui cache le forum.
 Les habitants l’appellent souvent la « machine à écrire »

 


Rome 4 Vittoriano par chevrette13

jeudi 22 novembre 2012

ROME à pied (1)

Nous poursuivons notre approche de Rome à pied. On commence par la place Venezia.

La place Venezia se trouve dans le centre de Rome. Elle a été baptisée d'après le Cardinal Venezia, qui a fait construire son palais près de la palace. Le bâtiment est devenu le siège de la république de Venise. On trouve plusieurs monuments anciens près de la place, dont le Vittoriano, construit en l'honneur du roi Victor-Emmanuel II.

 

Un autre édifice sur cette place : un musée, le palais de Venise

 

Le palais de Venise est l'un des tous premiers édifices civils construits à l'époque de la Renaissance, par un prélat, sous le pouvoir pontifical.
Les princes de l'Eglise l'embellissent pour augmenter leur propre prestige, en faisant appel aux plus grands architectes, sculpteurs, peintres, comme Bramante, Michel Ange, Raphaël.
L'édification est l'oeuvre de Francesco del Borgo qui donne à Rome le premier palais classique avec cour intérieure.

Devenu pape sous le nom de Paul II de 1464 à 1471, le prélat en fait sa résidence officielle.

Ensuite le palazzo sera attribué à l'Ambassade de Venise, avant de devenir propriété de l'Ambassade d'Autriche auprès du Saint Siège en 1797, pendant la guerre des Etats monarchiques contre les pouvoirs révolutionnaires français.

Depuis 1916, il appartient à l'Etat italien.


Rome à pied 1 par chevrette13

mercredi 21 novembre 2012

ROME en bus (2)

Nous poursuivons notre première approche de Rome en bus.

Au passage des monuments célèbres dont :

 

Moins connue que la Basilique Saint Pierre, celle de Sainte-Marie-Majeure est tout de même la plus ancienne église romaine consacrée au culte marial. Elle fait partie des quatre basiliques majeures de Rome.

 

 

 L’amphithéâtre était destiné à abriter les combats de gladiateurs.
Ce n’est qu’au Moyen Age que le bâtiment prît son nom actuel de Colisée, en raison de sa proximité avec une statue colossale de Néron.
Si le Colisée est en partie détruit aujourd'hui, ce n'est pas à cause de l'usure du temps.
En effet, même si les tremblements de terre ont quelque peu endommagé le bâtiment, il a surtout servi pour de nouvelles constructions dès le moyen-âge.

 
Ainsi, la basilique Saint-Pierre a par exemple hérité de ses pierres.

 


Rome en bus - 2 par chevrette13

mardi 20 novembre 2012

ROME en bus (1)...voyage en Italie

Rome est l'une des rares villes européennes majeures qui aient échappé aux ravages de la Seconde Guerre mondiale : son centre est de style Renaissance et baroque. Rome est la troisième destination touristique la plus visitée d'Europe derrière Londres et Paris et son centre historique est classé par l'Unesco comme site du patrimoine mondial.

 

Le centre historique de Rome est dominé par les sept collines :

 Aventin, Caelius, Capitole, Esquilin, Palatin, Quirinal et Viminal, se situant toutes sur la rive gauche du Tibre qui traverse la ville en direction du Sud et au milieu duquel se trouve l'île Tibérine.

La ville antique était entourée par des murailles dont le mur d'Aurélien, une

 enceinte construite par l'empereur Aurélien en 270 pour protéger les quartiers qui s'étaient développés en dehors du mur servien. Cette partie de Rome couvre environ 4 % de la superficie de la municipalité actuelle qui s'étend bien au-delà de l'espace proprement urbain.

 

DECOUVERTE DE LA VILLE EN BUS
Largo Argentina
Au centre, l'aire sacrée compte les ruines de quatre temples, parmi les plus anciens de Rome, dont un date du début du IIIe siècle av.JC.

Le temple circulaire date du Ier siècle av-JC.
Il reste derrière ce temple, ls ruines de la curie de Pompée, siège du sénat, là où le 15 mars de -44, Jules César fut poignardé.

 

 

 


Rome 1 - en bus par chevrette13

lundi 19 novembre 2012

PORTOFINO ( 2)

Selon Pline l'Ancien, Portofino fut fondée par les Romains et nommée Portus Delphini à cause du grand nombre de dauphins dans le golfe de Tigullio.

 

 


L’église de San Martino, qui remonte au XII siècle, s’érige dans la zone la plus vieille de la ville ;

 elle garde encore des marbres baroques, ainsi que des sculptures et des peintures remarquables, telles que le triptyque des Saints Rocco, Sebastiano et Fabiano.

 

 


Pour aller à Portofino nous avions pris un bus depuis santa Margherita, belle balade le long de la côte rocheuse.
Ce bus vous dépose en haut de la rue principale qui descend sur le port...

dimanche 18 novembre 2012

La Mairie de MARSEILLE (2)

                          

                           la première publiée  hier (ci-dessous)

 

Nous poursuivons la visite de l'hôtel de ville de Marseille avec le bureau du maire (bureau de S Flaissières).

Le Docteur Siméon Flaissières fut Maire de Marseille de 1892 à 1902 puis de 1919 à 1931.
 

Après des études à Montpellier, Siméon Flaissières (1851 - 1931) vint s’installer à Marseille où il devint le « médecin des pauvres » dans le quartier d’Endoume.
Il se lança en politique afin d’agir en faveur de la classe défavorisée à laquelle il donnait déjà toute son attention et ses soins.
Son parcours le conduira jusqu’à la magistrature suprême de la ville.

 

 

 

Les photos de ces 2 diapo ont été prises lors d'une journée patrimoine.

 

 


Mairie de Marseille 2 par chevrette13

 


Dominant le Vieux-Port, le balcon du 1er étage offre un panorama sur les bâteaux, Notre Dame de la Garde et le nouveau ferry boat.

Notez que le Vieux port est actuellement en transformation.

samedi 17 novembre 2012

La Mairie de MARSEILLE 1 -

 

Situé au coeur du Vieux-Port, l'Hôtel de Ville est un des rares édifices à avoir survécu à la destruction du quartier, sous l'occupation allemande, en 1943.
L'édifice se compose de deux corps de bâtiments : le bâtiment d’origine, le Pavillon Puget (côté port) relié par une arcade au Pavillon Bargemon (côté place où l'on peut voir des oliviers)
Une vaste salle et une autre plus exiguë occupent tout l'espace du rez-de-chaussée.


Détail singulier : il n'y a pas d'escalier entre le rez-de-chaussée et le premier étage. Il faut emprunter par un pont fermé qui relie le Pavillon Bargemon, au Pavillon Puget, situé derrière, le pont formant une voûte entre les deux bâtiments.

 A l'origine, il s'agissait d'un pont en bois. Le pont actuel est dû à l’architecte Esprit-Joseph Brun qui réalisa ce chef d’œuvre de la taille de pierre de 1782 à 1786.

 

 

Diaporama : 1ère partie

 


Marseille mairie 1 par chevrette13

 

 

 

 

 

(la suite ....DEMAIN)

vendredi 16 novembre 2012

Portofino (1)...Italie

Petit village de pêcheurs situé à 36 km de Gênes, Portofino est l’une des stations balnéaires les plus populaires de la Riviera italienne.

 

 


Cet ancien port marchand de Ligurie est rapidement devenu un lieu de villégiature très prisé de la jet-set italienne.
 

Portofino est aussi prisé pour ses sites de plongée.

 

L'église San Giorgio surveille le port du haut de son promontoire.

 


Portofino 1 par chevrette13

 

 


Les jardins de la forteresse San Giorgio ont été transformés en l'étonnant Musée du Parc. Planté de fougères et d'espèces importées du Japon, mais aussi de camélias, il constitue aujourd'hui un véritable musée de sculptures monumentales à ciel ouvert.

jeudi 15 novembre 2012

SANTA MARGHERITA (3) ..Ligurie

 

 

 

 

En partant de la place Vittorio Veneto et en suivant le bord de mer on arrive jusqu’au port;

 là, un peu en retrait par rapport à la place, dans le cœur de la ville,s’élève l’église Sainte Marguerite d’Antioche, une basilique d’origine très ancienne, dont la structure actuelle est fruit de modifications du 17e siècle et des siècles suivants, comme le montre la façade blanche au goût baroque flanqué de ses deux clochers.

 

 


Marguerite d'Antioche de Pisidie ou sainte Marine ou sainte Marina (morte vers 305) est une vierge martyre du IVe siècle. C'est une

sainte chrétienne fêtée le 20 juillet.

 


Santa Margherita fin par chevrette13

mercredi 14 novembre 2012

Santa Margherita (2)

Dans la zone habitée on peut trouver deux quartiers tournés vers la mer, Corte et Pescino,qui à la fin du 18e siècle ont créé la petite ville

Porto Napoleone.

Ensuite, elle fut rebaptisée avec le nom actuel à la gloire de la sainte à laquelle est consacrée la paroisse.

 

 


A la fin du 19e siècle la ville est devenue une station balnéaire célèbre, avec les habitations très bigarrées des pêcheurs côtoyant de

petits hôtels particuliers en style art nouveau et des villas dans la verdure du mont de Portofino.

 

Suite de la visite......


Santa Margherita 2 par chevrette13

mardi 13 novembre 2012

SANTA MARGHERITA en Ligurie

Santa Margherita Ligure est une commune italienne de la province de Gênes en Ligurie.

 


La ville a su conserver son charme de village de pêcheurs et mettre en valeur son patrimoine architectural.

 

 
Palmiers, bougainvillées, pins maritimes et chênes verts servent d’encadrement à cette  station balnéaire qui se trouve dans

une baie du golfe du Tigullio.

 

 

Commençons à la découvrir par la mer...

 


Santa Margherita 1 par chevrette13

 

lundi 12 novembre 2012

Marbre de CARRARE...Italie

La ville de Carrare doit sa renommée mondiale au marbre blanc extrait des Alpes Apuanes toutes proches.

Ces carrières sont exploitées depuis le temps des romains.

 

 


Le marbre est du calcaire recuit soit en profondeur (sous plusieurs milliers de mètres de roche), soit au contact du magma (roche en fusion d'au moins 600°C).

 Le marbre est beaucoup plus dur et plus homogène que le calcaire. Il ne comporte plus de matière organique ni de fossiles et la stratification originelle n'est plus visible.

  


Le marbre de Carrare est un vrai marbre et est le plus réputé au monde. Par contre ce n'est pas le dur, on en trouve de plus dur et plus blanc en Inde .

 

 


Les carrières sont de deux types : fermées ou à ciel ouvert.

Les routes, tunnels et viaducs sont pratiquement tous praticables, les voitures particulières  peuvent s'intercaler dans les trains de camions circulant (très rapidement) sur les routes.

 


Carrare par chevrette13

dimanche 11 novembre 2012

Dans les rues d'Aubagne (fin)

Thérèse Neveu, née en 1866 dans une famille de potiers et céramistes, est la plus célèbre santonnière d'Aubagne et de toute la Provence, celle qui modernise la fabrication des santons, et qui, pour la première fois, crée un atelier uniquement consacré à la production des santons après son mariage en 1899 avec Louis Neveu, potier de profession.

 

La maison Neveu devient progressivement l'une des plus importantes productrices de santons de Provence et elle fabrique environ  15 000 pièces par an dans les années 1970.

 

Les santons de Provence sont de petites figurines en argile, très colorées, représentant, dans la crèche de Noël, la scène de la nativité , les Rois Mages et les bergers, ainsi que toute une série de petits personnages, figurant les habitants d’un village provençal et leurs métiers traditionnels.

 

 

 


Aubagne 4 par chevrette13

Dans les rues d'Aubagne (3)

Il faut braver les ruelles escarpées de la vieille ville d'Aubagne, et après quelques minutes de marche, on atteint l'esplanade de l'Eglise qui surplombe la cité.

On y voit le Garlaban sur la gauche, la Sainte- Baume sur la droite et l'Eglise au beau milieu.

 


Bâtie au XIe siècle, dans un style Roman, elle a permis aux Aubagnais de se regrouper dans la ville haute lors des guerres, pillages et autres épidémies. Elle jouxtait le château jusqu'à ce qu'il soit démoli à la Révolution.

Plus bas, dans la vieille ville on retrouve les ruelles, et un clocher étrange.
En 1610, les religieux franciscains de l'Observance y fondèrent une congrégation.
Avant de faire bâtir leur couvent, ils occupèrent et agrandirent la chapelle Saint-Roch, toutefois défense leur était faîte d'y ensevelir les défunts pour ne pas empoisonner les eaux de l'unique fontaine de la ville, toute proche.
Subsistent le clocher triangulaire et une chapelle (la chapelle de l'Observance ), utilisée encore de nos jours pour le culte.

 


Aubagne 3 par chevrette13

vendredi 9 novembre 2012

de San Lorenzo à Dante...Florence

Austère façade pré-romane de la Basilique de San Lorenzo

 

Elle a été consacrée en 393 et aménagée dans son aspect actuel en 1423 par Brunelleschi.

 La façade, nue, aurait dû recevoir une couverture en marbre signée Michel-Ange.

 

 Au début du XXème siècle, après études et recherches, la commune de Florence fit construire cette maison sur le lieu où la tradition veut que Dante soit né.
 

 

L'auteur de La Divine Comédie, premier ouvrage écrit en langue italienne, serait né dans une maison de la Via Santa Margharita, baptisée tout simplement Casa di Dante, et aurait rencontré sa muse et amour de sa vie, Béatrice Pontinari, dans l'église Santa Margharita située dans cette même rue.

 

 

Tout près de là également, sur une façade , une médaillon de Mariotto di Bigio di Bindo Albertinelli (Florence, 1474 - Florence, 1515)  un peintre italien de la haute Renaissance, souvent cité avec Fra Bartolomeo et influencé par Raphaël.

 


San Lorenzo et Dante par chevrette13  

de San Lorenzo à Dante...Florence

Austère façade pré-romane de la Basilique de San Lorenzo

 

 

 

 

Elle a été consacrée en 393 et aménagée dans son aspect actuel en 1423 par Brunelleschi.

 La façade, nue, aurait dû recevoir une couverture en marbre signée Michel-Ange.

 

 

 

 

Au début du XXème siècle, après études et recherches, la commune de Florence fit construire cette maison sur le lieu où la tradition veut que Dante soit né.
 

 

L'auteur de La Divine Comédie, premier ouvrage écrit en langue italienne, serait né dans une maison de la Via Santa Margharita, baptisée tout simplement Casa di Dante, et aurait rencontré sa muse et amour de sa vie, Béatrice Pontinari, dans l'église Santa Margharita située dans cette même rue.

 

 

Tout près de là également, sur une façade , une médaillon de Mariotto di Bigio di Bindo Albertinelli (Florence, 1474 - Florence, 1515)  un peintre italien de la haute Renaissance, souvent cité avec Fra Bartolomeo et influencé par Raphaël.

 


San Lorenzo et Dante par chevrette13  

jeudi 8 novembre 2012

Aubagne , la tour de l'horloge et le four banal

Suite de notre balade dans la vieille ville d'Aubagne.
La tour de l’horloge est une grande tour carré que l’on voit de loin et qui domine Aubagne. On y accède au détour des ruelles escarpées. Cette tour de 1900  sonne  toutes les heures. Elle est située à l’emplacement d’une partie des remparts qui autrefois protégeaient la ville. A l’époque, un autre tour de l’horloge existait, et elle faisait partie intégrante les remparts.
 Ses cadrans sont orientés en direction des quatre points cardinaux.

 

Derrière une baie vitrée , est conservé un four à pain de la fin du XVIIIe siècle construit en pierres (cinérites).
 A ses côtés se trouve le local des Amis du Vieil Aubagne qui expliquent gracieusement lors de leur permanence l'histoire d'Aubagne.

 


Les citadins devaient sous l'Ancien-Régime, faire cuire leur pain dans des fours appartenant au seigneur de la ville en payant un droit de fournage appelé le vingtain (un pain sur vingt).

 Ils étaient obligés de faire cuire leur pain dans ces fours sous peine d’amendes appelées les bans d’où le nom de four banal.

 


Aubagne 2 par chevrette13

lundi 5 novembre 2012

Fin de la balade à LUCCA...Italie

Nous terminons notre balade à Lucca ou Lucques par la place Saint Michel. (difficulté pour les photos car il y avait encore de nombreuses tentes de stands dressées certainement pour une grande manifestation commerciale.)

 Eglise Saint Michel (Chiesa di San Michele) 

 
L’église se trouve dans le coeur du centre-ville de Lucques.

 Sa construction remonte à l’an 1070, sur commande du Pape Alexandre II. Les travaux pour la construction de l’église se sont déroulés sur une longue période, ce qui a engendré le mélange de plusieurs styles différents.
L’église St Michel se compose de trois nefs et d’un campanile dressé à l’extérieur de l’édifice.

 
Le dernier étage du campanile aurait été démoli entre 1364 et 1368 par ordre de Giovanni dell’Agnello (Doge de Pise) car le son des cloches était audible jusqu’à Pise.

 


Lucca fin par chevrette13

dimanche 4 novembre 2012

Dans les rues de LUCCA...Italie

On continue de découvrir cette petite ville, au détour d'une rue on tombe sur une immense place :

 

La place de l’Amphithéâtre est  édifiée sur les restes d'un ancien amphithéâtre romain (IIe ‑ Ier siècle av. J.‑C.), ce qui détermine sa forme elliptique fermée.
Elle accueille divers marchés et festivités ;

 le plus célèbre est le marché aux fleurs qui s'y tient pour la fête de sainte Zita, patronne de Lucques, le 27 avril de chaque année.

 

On continue jusqu'à la cathédrale

Cathédrale Saint-Martin de Lucques
L'édifice est de style roman pisan.

La riche façade joue sur le rythme des colonnettes de trois galeries aveugles superposées, sur la sculpture (dont le Cortège des rois mages de Nicolas Pisano) et sur la richesse de marqueteries de pierre.

 Elle est asymétrique (à cause du campanile voisin). Le campanile est en brique à la base, et en marbre dans les parties hautes.

L'intérieur était en travaux.

 


Lucca 2 par chevrette13

samedi 3 novembre 2012

on quitte FLORENCE

Au marché ou dans les boutiques de Florence, avant de partir on peut s'offrir des spécialités de la Toscane et d'autres régions comme :
 

 des champignons et tomates séchées,
 

un assortiment de charcuterie..

 un petit assortiment de fromages,  comme le parmesan de Reggiano et le pecorino,

 des vins, des huiles d’olives,
 

 un assortiment de pâtes et des antipasti....

 

Ainsi pour quelques jours on a encore l'impression d'être à Florence.


derniers achats à Florence par chevrette13

 

LUCQUES ou LUCCA ....Italie

Lucques (Lucca en italien) est une ville fortifiée avec un grand nombre de monuments historiques.

 
La cité tire sa prospérité de commerce de la soie, qui devient florissant à partir du XIe siècle et rivalise avec les soies byzantines.

La ville est alors également la capitale de la Toscane.


Giacomo Antonio Domenico Michele Secondo Maria Puccini  est né le 22 décembre 1858 à Lucques.

   Il était le premier garçon d’une famille de sept enfants.

 Il poursuivit à une ou deux exceptions près les mêmes études musicales que ses illustres aïeux, tous musiciens d'église.

 

 
L' église de San Giovanni et  Santa Reparata fut construite au XIIème siècle sur un édifice préexistant et remontant au IVème siècle, qui jusqu'en 725 avait été la Cathédrale de la ville de Lucques.


LUCCA 1 par chevrette13

jeudi 1 novembre 2012

AUBAGNE, ville de M. Pagnol...

Après avoir visité la maison natale de Marcel Pagnol, allons déambuler dans la ville d'Aubagne.

 


Nous commençons par la place de l'horloge, rond point où se trouve une horloge..nous poursuivons par le passage devant l'office de tourisme , voisin avec la maison de M. Pagnol, en face une maison qui porte la plaque de célébrités locales.

Nous passons devant  les anciennes halles. Ancien hospice de la ville qui fut démoli en 1908 pour laisser place au marché couvert et à la justice de paix.  En face l'hôtel de ville , restauré récemment.


AUBAGNE 1 par chevrette13


La Halle de la Poissonnerie connut, en 1684, un deuxième agrandissement pour permettre la vente de la viande et du poisson.
Quatre colonnes et pilastres à chapiteaux toscans en pierres de la Couronne furent élevés, nous pouvons toujours les admirer aujourd'hui .

 

 

Musée de Santa Croce ...Florence

Le musée abrite des importantes oeuvres des peintres de l`école florentine, qui autrefois se trouvaient dans l`église de Santa Croce et dans les cloîtres adjacents.

 

 

Egalement exposées dans le musée  des fresques détachées par Taddeo Gaddi et Orcagna et une série de sculptures, parmi lesquelles les plus importantes sont des "terracotte invetriate" (faïences) de l'atelier des Della Robbia et la reconstruction du tombeau de Gastone della Torre par Tino da Camaino.

 


musée Santa Croce par chevrette13